Soutenance de thèse

Soutenance de thèse de Julia Midelet

Doctorante de l’équipe USPN, Julia Midelet soutiendra sa thèse, intitulée “Dispositifs ULIS – troubles des fonctions cognitives (TFC), paradoxes d’un dispositif et enjeux de professionnalisation des jeunes dans le second degré” le 30 novembre 2020 devant le jury composé de :

  • Laurent Lescouarch, professeur à l’Université de Caen (président du jury),
  • Serge Ebersold, professeur au CNAM, Chaire Accessibilité (rapporteur),
  • Amael Andre, MCF HDR à l’Université de Rouen (rapporteur),
  • Christine Delory-Momberger, professeure émérite à l’Université Sorbonne Paris Nord,
  • Christophe Blanchard, MCF à l’Université Sorbonne Paris Nord.
  • Martine Janner-Raimondi, professeure à l’Université Sorbonne Paris Nord (directrice de thèse).
Résumé de la thèse

L’évolution des références législatives, institutionnelles comme celles issues de travaux de recherches (Desombre et al., 2013 ; Ebersold, 2017 ; Mérini et Thomazet, 2016), permettent d’identifier la mise en œuvre d’une éducation inclusive comme relevant d’un processus ambitieux et complexe, appelé à s’appuyer sur des professionnels engagés dans la co-construction d’un parcours de formation adapté aux besoins, aux aspirations et aux capacités des jeunes accompagnés par un dispositif appelé : Unité localisée pour l’inclusion scolaire (ULIS), spécifiquement mobilisée pour les prendre en compte. Scolarisés dans le second degré (en collège et en lycée), les jeunes porteurs de troubles des fonctions cognitives (TFC) et leurs familles sont amenés à s’interroger et à s’engager dans l’élaboration d’un parcours de formation en vue d’une insertion sociale et professionnelle souvent qualifiée de difficile (Blanc, 2009 ; Endrizzi, 2009). Cette recherche à visée compréhensive et qualitative se propose d’appréhender la place faite, par les professionnels du système éducatif, et particulièrement l’enseignant coordonnateur du dispositif, aux jeunes et à leurs familles, censés participer à l’élaboration du parcours de formation. Nous avons procédé à deux recueils complémentaires. D’une part, le point de vue des enseignants coordonnateurs (N= 19) collecté via des entretiens compréhensifs (Kaufmann, 1996), nous a permis de dresser différents types de dispositifs à partir du regard porté sur la scolarisation des jeunes, les modalités de fonctionnement et la place accordée au jeune et à sa famille dans l’élaboration d’un parcours de formation adapté. D’autre part, la confrontation des points de vue des différents acteurs engagés au sein de trois dispositifs différents de niveau lycée (le jeune, sa famille, l’enseignant-coordonnateur, l’AESH, un personnel de direction et un enseignant), nous a permis de repérer la construction des parcours de formation « en situation ». Afin de comprendre plus finement l’utilisation du dispositif faite par les jeunes et les familles, nous avons pris appui sur l’entretien de récit biographique (Delory-Momberger, 2019). Au regard des obstacles communicationnels que pouvaient rencontrer ces derniers, nous avons dû faire preuve de créativité pour favoriser les échanges sur la mise en mots des expériences vécues (Cifali, 2019 ; Janner-Raimondi, 2017). L’analyse croisée des données met tout d’abord en exergue l’influence du contexte d’implantation du dispositif Ulis : les conditions d’ouverture de ce dernier, la formation et la mobilisation des acteurs ainsi que les moyens mis à disposition de l’enseignant coordonnateur ne permettent pas systématiquement à celui-ci de proposer un accompagnement à chaque jeune en fonction de ses besoins, capacités et aspirations. Par ailleurs, les valeurs portées par l’enseignant coordonnateur ne suffisent pas à inciter les différents professionnels à considérer l’insertion sociale et professionnelle comme objet de concertation et d’action. La prise en compte du point de vue du jeune et de sa famille afin d’engager des actions autour d’objectifs communément définis n’est que rarement sollicitée. La co-construction reste à l’état de projets construits pour le jeune au regard des attendus scolaires. La prise en compte du potentiel de chaque jeune ne constitue pas la base des échanges entre les différents acteurs. L’écart par rapport aux attendus scolaires que les professionnels du système éducatif cherchent à réduire sans y parvenir reste premier. Ce travail doctoral permet d’interroger les conditions et les modalités de fonctionnement d’un dispositif Ulis-TFC afin que celui-ci puisse s’envisager comme espace transitionnel à la fois pour chacun des jeunes et les professionnels (Peeters et Charlier, 1999 ; Belin, 2001).

Mots clés : Dispositif Ulis, parcours de formation adapté, insertion sociale et professionnelle, co-construction, espace de transition.

Date

30 Nov 2020

Heure

14 h 00 min - 17 h 00 min

Labels

Soutenances

Lieu

Université Sorbonne Paris Nord
99, avenue Jean-Baptiste Clément, 93430 Villetaneuse
Catégorie

Prochain Événement