Pascale CAMUS

Doctorante – Axe B

Doctorante à temps partiel dans le cadre d’une cotutelle entre l’Université de Liège et l’Université Paris 13, Pascale Camus réalise une thèse de doctorat en Sciences de l’Éducation à la fois au sein de l’unité PERF à Liège et du laboratoire EXPERICE à Paris 13.
Elle travaille depuis quelques années comme conseillère pédagogique dans une administration publique de Fédération Wallonie-Bruxelles (Belgique) où elle est chargée des questions liées à l’inclusion de tous les enfants dans les services EAJE.
Elle a aussi occupé un poste d’assistante au département d’éducation et de formation à l’Université de Liège de 2010 à 2014. Après un Master en Sciences de l’Education, option enseignement et des années passées dans le monde de l’accompagnement professionnel et de la formation, elle est également impliquée dans un travail doctoral explorant les modalités de participation des jeunes enfants à la vie quotidienne des services EAJE (0-3 ans). Ses publications et interventions sont essentiellement centrées sur les défis de la professionnalisation et de la qualité en particulier à travers la question de la participation, une de ses dimensions essentielles dans le secteur de l’enfance.

Présentation de la thèse

Sujet : La participation des enfants aux situations de vie quotidienne des services EAJE (0-3 ans)

En partant d’une interrogation sur l’importance de la vie quotidienne dans des lieux d’accueil favorisant divers espaces sociaux d’apprentissage, il s’agit de créer un outil d’intelligibilité qui éclaire les manières de participer des enfants, considérées comme sources d’apprentissage (Rogoff, 2003). Quelles sont les modalités que les enfants utilisent pour prendre ou non part au script (Bernstein, 2011) de l’institution dans et par leurs pratiques quotidiennes durant tous les moments de vie dans le cadre institutionnel de l’accueil des jeunes enfants ? Le travail s’appuie sur les résultats de recherches antérieures, en particulier celles de Garnier et al, 2015 qui a mis en évidence l’importance du script institutionnel et le pouvoir du social setting sur la définition de la participation des enfants en lien avec l’espace et le temps. Participer, au-delà d’une adhésion au script, peut également consister à performer une résistance, une opposition, une innovation, une réinterprétation de ce qui est attendu voire même une non-participation.
L’approche théorique adoptée se réfère aux travaux de Layder liés à l’adaptive theory (Layder, 1998). Cette démarche implique un va-et-vient entre les données empiriques et la théorie, conçue comme provisoire, et qu’il s’agit d’interroger et d’ancrer au terrain. La recherche est basée sur une approche qualitative, recourant aux méthodologies visuelles, principalement les observations écrites, filmées et photographiées.

La problématique de la recherche s’articule autour de deux axes essentiels : la dimension située, informelle et la dimension socio-culturelle de la participation, vue comme intrinsèquement liée à la question des apprentissages. Cette centration sur les modalités de participation aux situations de la vie quotidienne conduit à convoquer un certain nombre de concepts et de théories, tels que l’engagement des enfants « agent » au sens anglais et les affordances des situations dans lesquelles ils sont impliqués (Billett, 2005), les répertoires de pratiques (Rogoff & al, 2006) inscrits dans des communautés de pratiques (Lave & Wenger, 1991), la proposition théorique de Bernstein (2011) au sujet du script et de la performance.

Directrice-teurs de thèse : Florence Pirard et Gilles Brougère

Publications et communications

Articles dans des revues à comité de lecture

Pirard, F., Camus, P., Barbier, J.-M. (à paraître). Professional development in a competent system: an emergent culture of professionalization. In M. Fleer, B. Van Oers. International Handbook of Early Childhood Education. London : Springer.

Pirard, F., Schoenmakers, P., Camus, P. (2015). Men in childcare services: From enrolment in training programs to job retention. European Early Childhood Education Research Journal, vol. 23, n°3, p. 362-369.

Pirard, F., Dethier, A., Camus P. (2012). Les relations familles-professionnels de la petite enfance en Belgique francophone. Revue internationale de l’éducation familiale, vol. 32, n°2, p. 17-33.

Communications

Camus P. (2015). Je veux jouer avec vous. Ou les stratégies de Nolan pour participer aux jeux d’autres enfants. Colloque Petite enfance : socialisation et transitions. Saint-Denis, 13-14 novembre.

Camus P. (2015). ‘Trying to make young children’s voices in childcare services visible’ 25 th EECERA conference, ‘Innovation, experimentation and adventure in early childhood’. Barcelone, 7- 10 septembre.

Camus P. (2014). ‘Are ECEC services places fit to participation for young children? A case study in Federation Wallonia-Brussels (Belgium)’ 24th EECERA conference, ‘Us, them & me : Universal, Targeted or Individuated Early Childhood Programmes’. Crete, Greece, 7-10 septembre.

Camus P. (2012). ‘Each child should be recognized as having the right to participate in everything that concerns him … Rhetoric or reality?’ 22th EECERA conference, ‘Pre-birth to three : identities, learning, diversities’. Porto, 30 août-1 septembre.

Camus P. (2011). ‘Opening the door is not sufficient: each child has the right to take part in the everyday life in an ECEC centre’
Eurochild conference, ‘Tackling child poverty through supporting and strenghtening families’. Cardiff, 30 novembre-2 décembre.

Experice
X