Léa LAVAL

Doctorante – AXE C

Praticienne-chercheuse de l’éducation populaire, j’intègre le Master EFIS – Éducation Tout au Long de La Vie à Paris VIII en 2011, après une licence de Langues Étrangères Appliquées (à Bordeaux III, Anglais – Espagnol, Relations Internationales) et  une première année de Master en Science Politique (Bordeaux IV, Administration Publique). En parallèle, je me forme aux pratiques de l’animation à travers diverses expériences associatives et militantes dans l’éducation populaire, notamment à travers l’association Concordia et mon implication dans le réseau des Universités Populaires. Fin 2012, nous sommes quelques-un.e.s à créer le Labocoop, laboratoire de recherche coopératif d’une éducation populaire en mouvement.
Dans la continuation des travaux d’Alexia Morvan, je travaille sur la dimension politique de l’éducation populaire.

 

Présentation de la thèse

 

Sujet : Qu’est-ce qu’une université populaire ? A la recherche de pratiques d’éducation populaire politique sur le terrain des savoirs.

Entrée en thèse depuis novembre 2014, je souhaite me concentrer sur les liens entre pratiques d’éducation populaire, savoirs et recherche. Les savoirs peuvent être vecteur d’émancipation comme ils peuvent être facteur d’assujettissement. L’hypothèse est ici qu’une démarche d’éducation populaire politique et plus largement d’éducation au politique participent d’une émancipation pour la transformation sociale. Comment, alors, travailler les savoirs dans une démarche d’éducation populaire (si ce n’est dans une démarche de recherche) ? En quoi les pratiques d’éducation populaire produisent des savoirs et participent (ou non) d’une certaine réappropriation des moyens de production des savoirs ? Quels sont les enjeux épistémologiques ET politiques d’une telle réappropriation ? Enfin, en quoi permettent-elles aux sujets d’entrer en recherche, autrement dit : prennent-elles part à un processus d’émancipation dans une perspective de transformation sociale ?

Afin de répondre à ces vastes questions, je souhaite travailler avec différents acteurs/trices de l’éducation populaire dont les pratiques s’intéressent particulièrement à la production/diffusion de savoirs dans une visée d’émancipation. Praticienne de l’éducation populaire moi-même, je ne conçois pas de mener une recherche seule, scrutant et analysant les pratiques et les acteurs/trices de terrain comme « objet » de ma recherche et de livrer un regard d’experte niant les capacités réflexives de ceux que l’on appelle parfois les « profanes ». Je proposerai donc à chacune des structures :

– de prendre part à une partie de la vie de la structure ce qui permettrai de mener une observation participante ;

– et d’autre part d’animer un atelier de réflexion collective associant les différents membres de l’organisation. Cet atelier serait l’occasion de soumettre mes hypothèses et questions de recherches à la critique collective, mais aussi de prendre le temps de se pencher sur les éventuelles problématiques de l’association.

Enfin, prévoyant de visiter plusieurs structures, je voudrais organiser une restitution du travail de mise en perspective de ces différentes analyses afin de procéder à un bilan critique collectif de l’expérience et de ses productions, de provoquer rencontres et échanges de pratiques d’éducation populaire sur le terrain des savoirs.

Directeur de la thèse : Jean-Louis Le Grand

Publications et communications

Prabir Purkayastha (Inde), Lex Paulson (États-Unis d’Amérique), Karel Janeček (République tchèque), Léa Laval (France), Bernard Salamand (France) « Espaces et outils collaboratifs pour la démocratie », atelier au Forum Sciences et Démocratie, 27 mars 2015, Tunis.

Hugues Lenoir, Guillermo Lozano et Léa Laval : « Regards internationaux sur le politique dans nos Universités Populaires. », 28 juin 2014, 9e Printemps des Universités Populaires.

Les Causeries du Labocoop, n°0, éditions du Ravin Bleu, Paris, juin 2014.
[Disponible en ligne : http://www.labocoop.org/uploads/1/9/5/3/19533061/revue_labocccop.pdf]

Stella Oudin et Léa Laval « Différences et usages des termes « éducation au politique » et « éducation à la citoyenneté » », interventions au nom du Labocoop, Week-end Éducation Formation de l’association Starting Block, Paris, 6 avril et 9 novembre 2013.

Marion Guilbot et Léa Laval « Deux étudiantes en Master : Université Populaire et Éducation Populaire » in Nicolas Fasseur, Yvette Moulin et Alain Leduc (coord.) « L’Université Populaire de Paris 8 Saint-Denis : dernière utopie vincennoise ? », Les Cahiers du Fil Rouge, n°18, édition du CFS absl, Bruxelles, juin 2013.
[Disponible en ligne : http://www.universitepopulaire.be/wp-content/uploads/2013/06/fil-rouge-18-web.pdf]

Nicolas Fasseur, Stella Oudin, Léa Laval et Alexia Morvan « Éducation populaire et transformation sociale » intervention à l’Université Coopérative de Paris, 23 mars 2012.

Mémoire de Master

« Quand l’éducation populaire politique s’engage sur le terrain des savoirs. États des lieux de pratiques en recherche à l’Université Populaire de Bordeaux. » sous la direction de Jean-Louis Le Grand, lecture de Nacira Guénif-Souilamas, soutenue en juin 2014, Paris 8 – St-Denis.

Experice
X