Mars, 2018

9Mars9 h 30 min- 17 h 00 minSéminaire de formation doctorale universitaire (CIRBE)MSH NordType d'évenement:Séminaires

Quand ?

9 Mars 2018 9:30 - 9 Mars 2018 17:00

Lieu

MSH Nord

20 avenue George Sand 93210-La Plaine Saint-Denis M. Front populaire

Organisé par

Collège international de recherche biographique en éducationInscription auprès de : contact.cirbe@gmail.com

Détails de l'événement

Journée de rencontre et de dialogue avec des doctorants de Lille 3

9h30-12h30 : Séminaire doctoral : présentation de l’avancée de travaux de thèse

Anaïs Renaud (Lille 3)

« Portraits d’étudiants en travail social : retour d’expérience sur une première écriture biographique en formation »   

Quelles sont les demandes faites aux usagers des services sociaux quant à la narration de leurs parcours de vie ? À quelles injonctions biographiques doivent-ils faire face ? Quel sens cela prend-il pour eux de se raconter ? Quelles sont les possibilités et libertés pour eux de taire en partie leurs histoires ? Quels sont les cadres proposés pour favoriser l’émergence de la parole, afin de répondre aux demandes de transformations et d’émancipation qui les emmènent à rencontrer les travailleurs sociaux ?…

Ces multiples questions soulèvent un ensemble de paradoxes éthiques et pratiques auxquels les travailleurs sociaux sont très régulièrement confrontés. Afin d’aborder cette question de « l’injonction au récit de soi » des usagers, nous nous situerons ici en amont, au niveau de la formation professionnelle des éducateurs spécialisés et des assistants de service social. Dans cette perspective, nous présenterons une première étape de notre recherche doctorale, en exposant les récits de vie réalisés par des étudiants en travail social lors d’un module de fin de formation. Nous tenterons ainsi de montrer tout l’intérêt de travailler la question de la narrativité avec les professionnels en formation, dans la perspective de l’accompagnement biographique des publics auxquels ils s’adressent.

Discutante : Cécile Caristan (Paris 13)

 

Anne Neuville (Lille 3)

«  L’accueil des femmes Roms migrantes en maternité. Retour réflexif d’acteurs du système hospitalier sur leur parcours expérientiel »

 

L’accueil des patients en situation de grande précarité et l’ouverture interculturelle font partie des « missions de service public » dévolues au système hospitalier. Dans ce secteur, l’approche en santé a évoluée en s’humanisant progressivement, offrant au patient le statut de personne disposant désormais de droits l’autorisant à comprendre ce qu’il vit et à exprimer un avis sur la prise en charge médicale qui lui est destinée. Néanmoins, cette dynamique se trouve aujourd’hui contrebalancée par une évolution du financement des hôpitaux entrainant, dans la perspective d’une recherche d’efficience et de maitrise des dépenses, un raccourcissement de la durée moyenne de séjour et une réduction des effectifs. L’éthique et la qualité des soins entrent alors en conflit avec le fonctionnement bureaucratique et comptable, alors que le temps disponible pour chaque patient devient un bien précieux que les soignants distribuent comme ils le peuvent, priorisant et hiérarchisant les tâches, guidés par des référentiels de bonnes pratiques et contraints par le risque médico-légal. (Schweyer, 2007)

Au cœur de ce système, quelle place subsiste alors pour la permanence des soins et l’accueil pour tous ? C’est à ce sujet, et plus particulièrement autour de la question de l’accompagnement de femmes Roms migrantes en maternité, que nous avons recueilli la parole d’acteurs du système hospitalier, analysant leurs rencontres avec ces patientes en situation de grande précarité, victimes d’inégalités sociales de santé et de processus de catégorisation marqués.

Cette présentation visera à dégager les premiers résultats d’une recherche biographique offrant aux professionnels de maternité de revenir sur leur parcours expérientiel afin d’identifier les ressources qu’ils mobilisent et les limites qu’ils rencontrent dans cette situation de soin spécifique. A l’occasion de cette contribution, nous tenterons ainsi de dégager le sens qu’ils attribuent à leur pratique professionnelle dans ce contexte d’accompagnement spécifique.

Discutante : Anne Dizerbo (ESPE Rouen)

 

14h-15h : Poursuite des présentations de travaux de thèse

Pierre Dugué (Lille 3)

« Quand les histoires s’emmêlent »

Depuis plusieurs années, nous menons, auprès de professionnels issus du secteur de la protection de l’enfance, des travaux de recherche reposant sur des groupes d’analyse de pratiques mais également à partir d’entretiens biographiques. Au cours de ces temps spécifiques, les dimensions cliniques se conjuguent bien souvent à une exploration biographique de l’histoire de ces professionnels exerçant des métiers de l’accompagnement. Il s’agit ici de mener une réflexion à partir d’espaces dédiés à l’analyse clinique qui, bien souvent, résonnent et renvoient les praticiens de terrain aux paradoxes engendrés par les nouvelles exigences de l’évolution et de la reconfiguration de leurs métiers. Contraints de se repositionner dans un environnement professionnel en mutation, ces professionnels se confrontent et se heurtent en effet à l’évolution, voire à la transformation de leurs identités professionnelles.

En nous appuyant sur des entretiens biographiques et grâce à la mobilisation de la sociologie clinique et de la recherche biographique, comme cadres conceptuels et pratiques, nous examinerons ce que nous disent les professionnels de ces groupes d’analyse des pratiques, envisagés ici comme des analyseurs du changement individuel et collectif qui s’opère aujourd’hui dans ce domaine d’activité.

Discutant : Sofiane Sahoui (Paris 13)

 

15h-17h : Interventions chorales de Anaïs Renaud, Anne Neuville et Pierre Dugué

« Quels apports scientifiques et quelles ouvertures spécifiques la recherche biographique apporte-t-elle à nos travaux de recherche ? »

         Discutant : Mike Gadras (Paris 13)

Experice
X